Au coeur de l'hiver

Selon la médecine traditionnelle chinoise l'hiver commence fin novembre pour se finir début février. Période des rhumes, grippes et gastros, des asthénies, dépressions et surmenages, des lombalgies et des sciatiques, voici quelques indications pour prendre soin de soi en faisant résonner nos rythmes biologiques avec le rythme de la saison. Le moment est venu de ralentir ses pas, se coucher plus tôt, ressortir la bouillotte, cuisiner des petits plats qui mijotent, boire des décoctions de gingembre frais, se réunir entre amis ou en famille, marcher dans la vivifiante nature, pratiquer du qi gong, contacter son intériorité... Malgré le dépouillement apparent, en hiver la vie continue sous une forme moins visible : c'est l'énergie de la graine au repos en terre avant la germination et l'éclosion du renouveau. 

L'hiver, la nature est dénudée, les animaux hibernent, les jours sont courts, il fait froid et le travail de la terre est suspendu. Pour les peuples anciens il s'agissait d'une période particulièrement difficile et angoissante. L'hiver est une période de transition propice à la lenteur, à la méditation, à l'intériorisation, un temps de bilan, de retour sur soi pour se délester de ce qui ne nous convient plus et préparer au mieux le début d'un nouveau cycle.

En médecine chinoise l'hiver est relié à l'élément Eau. On peut associer à cet élément de nombreuses autres correspondances telles que le froid, l'action de conserver, la saveur salée, la couleur bleu nuit ou noire, le duo reins/vessie, les oreilles, les os, la moelle, les lombes, les cheveux, l'appareil génital, la peur, les frissons...

Le froid pervers blesse le yang, coagule, bloque et contracte. Il augmente les douleurs, les contractures, les raideurs et les difficultés de mobilité.

Il est donc important en hiver de préserver l'énergie des reins qui est notre énergie vitale et de se prémunir du froid. 

Guide du bien être en hiver  

Adapter la cadence

« En hiver tout se cache, c'est la saison des retraites en profondeur, car il fait froid au dehors. Il ne faut pas à ce moment troubler ou disperser l'énergie Yang ; agir ainsi c'est se conformer à l'énergie de l'hiver. » Su wen

A défaut de pouvoir hiberner, il est recommandé de ralentir le rythme autant que nos vies occidentales le permettent afin de préserver et d'économiser au maximum notre énergie vitale. A l'image de la nature l'homme est invité à diminuer ses activités et à restaurer ses forces. A dormir aussi ! En hiver on suit la course du soleil : on se couhe plus tôt et on se lève plus tard. On évite de se coucher avec les pieds froids (bouillotte, chaussettes, bain de pied ou compagnon de lit au choix ;-)).


Avoir une activité physique modérée permet de maintenir l'énergie en mouvement et d'entretenir la résistance au froid. Activité modérée signifie aussi qu'il est recommandé d'éviter de transpirer afin de ne pas perdre de l'énergie. Eviter également les efforts sous la neige ou lors de grand vent. 
En revanche, sortir, prendre l'air, s'oxygéner, marcher dans la nature vivifiante et se réchauffer de quelques rayons de soleil est 100% recommandé.  

Eviter les excitants

Pas la peine d'augmenter les doses de café, d'alcool, chocolat, d'aliments fortement sucrés ou à farine blanche ou d'absorber des compléments alimentaires à base de guarana et de ginseng qui surfent sur la vague commerciale de la fatigue hivernale. En boostant un organisme fatigué ou encrassé, on camoufle ce besoin nécessaire de repos et on donne l'illusion momentanée d'un regain d'énergie alors qu'on affaiblit son système immunitaire.

Mieux vaut accepter de ralentir le rythme, de prendre des temps de repos, d'introspection, de silence, de se coucher tôt et d'adopter une saine alimentation reminéralisante riche en légumes et fruits de saison, en oléagineux, en légumineuses et en bonnes huiles de première pression à froid. Alors oui au thé de l'après midi avec un bon gâteau, oui au chocolat chaud au lait d'amande avec juste mesure, enfin... si on peut :-) 

Choisir ses aliments 

  • Consommer des fruits et légumes de saison et bio
  • Eviter les aliments froids et glacés
  • Privilégier les cuissons plus longues et les plats qui mijotent doucement : potées, ragoûts, potages...
  • La saveur dominante est le salé mais à consommer sans excès, augmenter progressivement la saveur amer
  • Par temps froid, les aliments de nature tiède ou chaude sont appropriés il s'agit de la plupart des viandes, poissons, condiments et épices
  • Les aliments particulièrement adaptés en cette saison : les légumineuses (lentilles, haricots secs, fèves, pois secs, pois chiches, azukis...), le sarrasin, le millet, le riz, le sésame, les algues, le miso, les moules, les crevettes.
    En légumes : les carottes, navets, poireaux, mâche, endives, céleris, topinambours, panais, potimarrons, courges, salsifis, crosnes, pommes de terre, oignons, ail, rutabagas, choux raves, betteraves rouges ; en fruits et oléagineux : la châtaigne, la pomme, la poire (qui apaise les gorges enrouées), les pignons de pin, les amandes, les noix, les dattes et autres fruits secs.
  • Petite mention pour la noix qui est douce et tiède et réchauffe l'organisme. Elle tonifie le Qi des reins et renforce les lombes, tiédit le poumon et calme la toux. A consommer en petite quantité, peut être irritante ou allergisante. 
  • Les épices : cannelle, cardamome, poivre, gingembre , piment, muscade, clou de girofle, curcuma, carvi, badiane, thym, origan, baies de genièvre...
  • En cas de début de rhume abuser de radis, chou chinois, ail, gingembre frais, ciboule, thym
    Décoction de gingembre frais : Faire bouillir pendant 5 min un morceau de gingembre coupés en rondelles.
    Selon les goûts on peut y ajouter un jus de citron et du miel (de thym par exemple).
    Décoction de gingembre frais et de ciboule (partie blanche) : 10 min à feu vif, boire chaud et se mettre au lit
    Le duo gingembre et thym frais fonctionne aussi très bien. 
  • S'hydrater suffisamment même en hiver : eau tiède, infusions... 
  • Adapter l'heure du diner : il recommandé de se coucher tôt mais pas de se coucher l'estomac plein ! Diner vers 18h peut être une juste solution.
  • En cas de rhume ou inconfort supprimer les produits laitiers (si ce n'était pas déjà fait ;-) ), les farineux, les produits sucrés et alléger son alimentation afin de décharger les émonctoires souvent engorgés par une surchage alimentaire. 

Ajuster sa tenue vestimentaire

« On s'éloigne du froid et on recherche la tiédeur en évitant toute dispersion par les couches de la peau de manière à vite et bien retenir en soi les souffles vitaux » Su Wen

  • Porter des vêtements isolants et chauds par couches pour éviter d'avoir trop chaud
  • Se changer dès que les vêtements sont humides de transpiration
  • Couvrir les extrémités, protéger sa tête (on a une déperdition de 20 à 30% de chaleur par la tête et le cou mais contrairement à certaines idées reçues cette déperdition reste tout de même modeste comparée à celle perdue par l'ensemble du corps), veiller à avoir les pieds bien au sec et au chaud
  • Maintenir la zone lombaire également bien au chaud, éviter les tailles basses, s'enrouler éventuellement une écharpe autour de la taille (pas élégant mais efficace). 

S'offrir du temps d'intériorisation 

« On exerce son vouloir comme si l'on était tapi, comme si l'on était caché, comme si l'intention tout entière était tournée vers soi, comme si on obtenait une pleine conscience de soi même » Su Wen

L'hiver correspond à la phase de « non agir », il s'agit d'un temps important pour contempler ce qui se joue dans nos vies et engendrer en soi les graines d'un nouveau cycle. C'est le moment idéal pour s'offrir un temps de pause, de recul, de silence, de méditation. Un moment idéal pour se ressourcer, pacifier son esprit, nourrir le calme et la bonne humeur.
Aller au coeur de soi et contacter son intériorité n'est pas une chose si facile. Au fond de soi on peut y rencontrer du calme, de la joie et de la sérénité mais aussi des frustrations, des déceptions, des colères, des envies de changements, de la tristesse. Comme le souligne Christophe André dans son livre "Méditer jour après jour" : "On pensait, on espérait trouver le calme, le vide. On tombe souvent sur un grand bazar, du tapage, du chaos. On aspirait à la clarté, on a trouvé la confusion. Parfois méditer nous expose à l'angoisse, à la souffrance, à ce qui nous fait souffrir et qu'on évitait en pensant à autre chose, en s'agitant ailleurs."
Voici à cet égard une intéressante perspective proposée par Osho : 
« Vous êtes triste... Allez dans votre tristesse plutôt que de vous échapper dans une activité, dans une occupation, plutôt que d'aller voir un ami ou un film, d'allumer la radio ou la télévision. Plutôt que de vous en échapper, de lui tourner le dos, abandonnez toute activité. Fermez les yeux, allez en elle, voyez ce qu'elle est, pourquoi elle est là — et voyez sans la condamner, parce que, si vous la condamnez, vous ne serez pas en mesure de voir la totalité de celle-ci. Voyez sans juger. Si vous jugez, vous ne serez pas en mesure de voir l'intégralité de celle-ci.
Sans jugement, sans condamnation, sans évaluation, il suffit de l'observer, d'observer ce qu'elle est. Regardez-la comme une fleur, triste ; un nuage sombre ; mais observez-la sans jugement afin que vous puissiez voir toutes ses facettes. Et vous serez surpris : plus vous allez en elle, plus elle commence à se dissiper. Si une personne peut aller dans sa tristesse profondément, elle découvrira que toute tristesse s'est dissipée. Dans cette dissipation de la tristesse réside la joie, réside le bonheur.
Le bonheur n'a pas à être trouvé à l'extérieur, opposé à la tristesse. Le bonheur doit être découvert en profondeur, caché derrière la tristesse elle-même. Vous devez explorer vos états de tristesse et vous trouverez une source de joie. »

Prendre des compléments alimentaires ou non ?

Parfois il peut être intéressant de soutenir l'organisme : 

  • Probiotiques car l'immunité se fait à 70% au sein de la flore intestinale
  • Vit C naturelle (voir l'article sur l'acérola)
  • Zinc, fer, magnésium
  • Vit D et 
luminothérapie, il est important de sortir prendre l'air et de s'exposer à la lumière du jour (pause déjeuner par exemple) et d'investir peut être dans une lampe de bureau qui reproduit une lumière naturelle.
  • Extrait de pépin de pamplemousse, propolis, chlorure de magnésium, échinacea... la liste est longue et à choisir en fonction des besoins de chacun.  

S'automasser  

  • Frictionner, réchauffer, percutter avec les poings souplement fermés la zone des reins (plus haut que la zone des lombaires, à la fontière avec les dernières côtes) et redescendre vers le sacrum. On peut légèrement se pencher pour cela.
  • Frictionner les genoux   

Inviter les huiles essentielles 

Les huiles essentielles font des merveilles pour décongestionner un nez, enrayer un rhume, assainir l'athmospère, renforcer les défenses immunitaires, favoriser la détente... Il serait trop long ici dans faire la liste détaillée ainsi que de formuler les recommandations d'usage.
Petit coup de coeur en cette saison pour le ravintsara, le mandravasarotra (ou saro), le pin sylvestre, l'hélichryse femelle, l'eucalyptus radiata, le niaouli, le thym thujanol ainsi que deux huiles plus délicates à manipuler et dermocaustiques que sont la cannelle et l'origan. Pour une facilité d'usage et une belle efficacité les complexes Pranaforce de Pranarôm et Esculape de Phytosun arôms sont à frictionner directement sur les lombes, la nuque, la voûte plantaire, le torse ou les poignets. Et pour l'origan les oléocaps sont idéaux.

 

S'harmoniser avec les énergies de l'hiver permet d'envisager le prochain cycle au printemps dans les meilleurs conditions.

 

  Coups de coeur :

  • Bain de pied avec une poignée de gros sel et un bouchon du bain à la sauge du Dr. Hauschka ou du bain au sapin ou au romarin de Weleda
  • Pour les huiles essentielles j'utilise beaucoup celles des marques Pranarôm et Astérale. De nombreux producteurs indépendants existent et fournissent une merveilleuse qualité d'huile essentielle, allons à leur rencontre ! 
  • La bouillotte : sur le foie le soir au coucher ou sur les lombaires, pas trop chaude : j'ai opté pour celle distribuée par Ecodis et que l'on trouve facilement sur internet ou chez les Nouveaux Robinsons, de couleur verte pomme en caoutchouc naturel pure latex en provenance d'exploitations gérées durablement (certification FSC) et avec une housse en coton bio beige (pas très jolie et salissante mais on s'en contentera joyeusement).
  • Les complexes Cuivre-Or-Argent et Immunyon du laboratoire Catalyons
  • Thym et Echinacea en suc de plante fraiche de la marque Salus
  • En cas de refroidissement, rhume, état grippal, fièvre : une infusion de fleurs de sureau
    1 cuillère à soupe dans 1/4 de litre d'eau, infuser 10 min, boire 3 tasses par jour. 
    La décoction de buis a également fait ses preuves au début d'un état grippal mais attention toutefois au dosage car la présence d'alcaloïdes cytotoxiques peuvent occasionner diarrhées et vomissements. Ne pas dépasser la dose de 30g/litre d'eau, préparer en décoction pdt 5 min, boire 3 tasses par jour.